Catégories:  La UNE, Régional

Elections locales à Bejaia : La voix des indécis

jeudi 08 novembre 2012 à 16:40   ·   0 Commentaires - Patager sur : Votre Facebook - Votre Twitter - Email cet article

A J- 22 des élections locales, les candidats en lice pour les élections locales du 29 novembre prochain dans la wilaya de Bejaia auront à développer un double discours. En sus de convaincre les électeurs de voter pour eux, ils seront également appelés à les  inciter à glisser tout simplement un bulletin dans l’urne. Et pour cause, les rangs des indécis à Bejaia grossissent au fil des scrutins. Cette  « majorité silencieuse », plus de 56% lors des locales de 2007 et plus de 80% lors des dernières législatives, opte pour une abstention ou boycott aux contours difficiles à cerner.

Si  quelques-uns disent n’être, pour le moment, pas emballés par le double scrutin du 29 novembre prochain pour une multitude de raisons, d’autres développent un discours plus radical en s’interrogeant sur l’utilité de faire la queue devant les bureaux de vote à chaque scrutin pour « ne rien récolter » au bout du compte.

Le désintérêt de la population laisse, du coup,  présager un fort taux d’abstention aux futures élections locales à Bejaia, comme se fut le cas lors des dernières législatives avec un taux de participation de seulement 17% ! La désaffection populaire s’explique, en partie, par les bilans catastrophiques de quelques assemblées populaires communales. Mohand, doctorant en lettre française, estime que le meilleur moyen de « crier son ras-le-bol » s’agissant de la gestion des collectivités locales est de s’abstenir lors du prochain rendez-vous électoral. « Je ne voterai pas » nous dit-il sur un ton ferme, tout en fulminant contre le bilan des élus notamment à Bejaia ville. « Qu’ils nous disent ce qu’ils ont fait durant ces cinq dernières années ! » balbutie-t-il, en se disant « déçu » par le bilan de l’équipe aux commandes de l’APC. Comme lui, Khaled, buraliste au quartier Nacéria,  abonde dans le même sens, en jurant de ne plus voter à l’avenir. « Je me suis exprimé lors des dernières locales, et le résultat est là : vous voyez ces tas d’ordures devant mon magasin que personne ne daigne venir relever depuis maintenant plus d’un mois ! Dites-moi pourquoi choisir telle ou telle autre liste alors qu’ils sont tous les mêmes. Ceux dont les mandats ont expiré ont eu même le culot de se représenter » laisse-t-il tomber sur un ton d’amertume.

Pour lui, lors de la confection des listes, quelques formations politiques ont choisi des « cancres » pour conduire leurs listes à l’APC de Bejaia. « Les  candidats en course, à quelques exceptions près,  ne peuvent, à mon avis, pas améliorer le quotidien des citoyens à Bejaia. Cela au regard de leur connaissance limitée en termes de gestion des collectivités locales. D’ailleurs le résultat est là : lors de la dernière mandature ils nous ont promis des aménagements au niveau de tous les quartiers de Bejaia, en finir avec les ordures ménagères, de l’eau potable en H24 et la liste des promesses est longue, mais que dalle ! » fustige notre interlocuteur.

En revanche, Farid, jeune banquier, estime que les élections locales revêtent un caractère un peu particulier : « Il s’agit de ma commune, donc je ne peux pas me permettre de rester indécis ; c’est le devenir de mon espace direct dont la gestion devrait revenir  au plus intègre des candidats. Je glisserai le bulletin dans l’urne le 29 novembre prochain dans le  seul but de contribuer à l’élection de l’équipe que je jugerai capable de redorer le blason de ma commune » dit-il. Boualem, chômeur est également de cet avis : « J’ai déjà fait mon choix ; l’une des listes en lice pour l’APC de Bejaia mérite, selon moi, d’être propulsée sur la première marche du podium le 29 novembre prochain ».

 

N.T

Tags:  , , , , ,

Par

Commentaires (0)





Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.

Espace PUB