Catégories:  La UNE, Régional

Akbou: Les services de l’état civil pris d’assaut avant le début de la grève

mardi 10 juillet 2012 à 12:27   ·   0 Commentaires - Patager sur : Votre Facebook - Votre Twitter - Email cet article

En dépit de la chaleur suffocante de la journée d’hier, un bain de foule faisait la queue, aux environs de midi devant le portail de la mairie pour arracher un ticket avant le début de la grève cyclique de trois jours à partir de ce mardi 10 juillet 2012.

Une rude journée, hier, à l’état civil à Akbou. Il est á peine 7h00 du matin, déjà un nombre impressionnant de citoyens attendent l’ouverture des portes de la marie. Même dans les jours ordinaires la salle des services de l’état civil ne désemplit jamais. Mais là c’est la hantise de la grève cyclique entamée par les employés de l’APC depuis plusieurs semaines qui  guettent les citoyens de la commune d’Akbou :

« Les gens savent bien que les fonctionnaires de l’état civil entameront une grève à partir de demain. Ce qui fait que la plus part d’entre eux profite de régler leur tâche en besoin de papier administratif avant la grève », affirme un citoyen qui fait la queue devant la mairie.

Les citoyens se sentent pénalisés par cette grève et impuissants devant cette situation : « C’est trop, à chaque fois c’est nous qui payons le fardeau. Je me suis planté ici devant le portail depuis 04hueres du matin pour que pouvoir arracher un document administratif pour ma fille bachelière », s’insurge ce père de famille.

Pour les fonctionnaires de l’APC  d’Akbou, leur grève n’est pas la seule responsable de cette situation. Ce sont les autres mairies qui ne font pas leur travail : « Le problème majeur de cette affluence hors norme sur la mairie d’Akbou est le nombre important de naissances qu’ont eu lieu à l’hôpital d’Akbou ainsi que dans les cliniques privées ces dernières semaines. Même si ces derniers vivent dans d’autres localités à l’image d’Amalou, Ighram, Ighzer Amokrane, Tazmal, ils sont automatiquement inscrits dans le fichier administratif d’Akbou », affirme ce fonctionnaire.

C’est une réalité confirmée par les citoyens rencontrés sur les lieux : « J’habite à Amalou mais je suis obligé de retirer mon acte de naissance à Akbou et non pas dans ma circonscription », confirme un habitant d’Amalou.

L’un des employés de l’APC d’Akbou évoque également le problème de l’informatisation du service de l’état civil qui est plus qu’indispensable mais qui n’est pas encore fonctionnelle. D’ailleurs, ce qui fait perdre du temps pour les employés, c’est le déplacement de leur guichet à la salle des archives et le détour qu’ils doivent effectuer pour signer les papiers au dernier guichet.

Par conséquent, les guichets sont entièrement envahis par un rush humain. Des adultes, des vieux, des jeunes, des nouveaux bacheliers, munis d’un classeur à la main sillonnent le hall intérieur de l’état civil.

Par ailleurs, la mairie d’Akbou dispose de 12 guichets destinés pour retirer un acte de naissance ou une fiche familiale. Ces documents sont en principe les plus convoités. Pour faire face à cette demande, les responsables distribuent deux quotas de tickets pendant la journée. Une à 07h30 et l’autre à 12h30. Selon nos sources, un quota de 30 tickets pour chaque guichet. Seulement, les administrateurs n’arrivent souvent plus à maitriser la situation notamment durant cette période quand les nouveaux bacheliers préparent leur dossiers d’inscriptions á l’université. Les services de l’état civil d’Akbou font savoir qu’ils établissent en moyenne plusieurs centaines d’extraits de naissance par jour.

 

Menad Chalal

Tags:  , , , , ,

Par

Commentaires (0)


Comments are closed.

Espace PUB

Commentaires récents