Catégories:  Culture, La UNE, Régional

L’enfant terrible du cinéma algérien Merzak Allouache à Bejaïa

jeudi 07 juin 2012 à 22:30   ·   0 Commentaires - Patager sur : Votre Facebook - Votre Twitter - Email cet article

Pour les 10e rencontres cinématographiques de Bejaïa qui se tiendront du 9 au 15 juin 2012, le géant du cinéma algérien, Merzak Allouache sera des nôtres, pour animer un café-ciné qui s’annonce riche en témoignages, les journées du 14 et 15 juin.

Deux films du maitre du cinéma algérien sont programmés durant ces diffusions cinématographiques organisées par l’association Project heurs. Les Bougiotes auront ainsi l’occasion de découvrir les deux derniers longs métrages de Merzak. Normal et le Repenti, seront diffusés dans les soirées du 13 et 14 juin à la cinémathèque de Béjaia.

Le 27 mai dernier, Le Repenti a remporté à Cannes le prix du réseau salles européennes de cinéma, « Europa Cinémas ». Le film relate l’histoire d’un ancien terroriste qui essaye de retrouver une vie normale dans la société algérienne meurtrie par la décennie noire des années 1990.

Né le 6 octobre 1944 à Alger (Algérie), Merzak Allouache entre à 20 ans à l’Institut national cinématographique d’Alger. Il en ressort avec son premier film Croisement. Il réalise, par la suite son deuxième court métrage Le Voleur, puis il rejoint l’IDHEC et l’ORTF en 1968. Le public algérien fera la connaissance du cinéaste avec le long métrage Omar Gatlato réalisé pour la télévision algérienne en 1977 et qui a été sélectionné pour la Semaine de la critique à Cannes durant la même année.Bab El Oued City tourné en 1994, est considéré comme le premier  film engagé du réalisateur qui s’investit ainsi dans les sujets politiques controversés comme l’intégrisme religieux.

 

Farid Ikken

Tags:  , , , , , ,

Par

Commentaires (0)


Comments are closed.

Espace PUB

Commentaires récents