Catégories:  Economie, La UNE, Régional

Au Sitev, la relance du tourisme interne devient un objectif central

samedi 19 mai 2012 à 09:18   ·   0 Commentaires - Patager sur : Votre Facebook - Votre Twitter - Email cet article

Economie en partenariat avec

L’Algérie n’a jamais été une destination privilégiée par les étrangers. La déstabilisation de l’ensemble de la région saharo-sahélienne ne permet pas d’envisager rapidement le développement de ce créneau. Le ministère algérien a décidé d’orienter ses ressources vers la  promotion du tourisme interne. Une mission délicate qui a besoin d’une bonne promotion. Les 4 jours du salon international du tourisme et des voyages (Sitev) ouvert, hier, mercredi 16 mai à Alger, constituent une bonne opportunité pour afficher ce souci du « client algérien ».

La directive du ministère du tourisme est claire : fini l’émission, c’est-à-dire l’offre de voyages à l’étranger, place au réceptif soit l’organisation de séjours sur le territoire national. « On s’est dégagé de tout ce qui est voyage à l’étranger pour se consacrer aux produits nationaux », affirme Hamou Belahcene, délégué régional à l’Office national algérien du tourisme (ONAT) chargé de promouvoir le tourisme à l’échelle nationale. Les Algérien(ne)s deviennent donc la cible prioritaire de l’ONAT, comme le précise Hakim Kachroud, directeur général du tourisme au ministère : « Il faut créer un second réflexe envers  la clientèle nationale car il s’agit d’une clientèle sûre ».

Le principal obstacle à l’essor du tourisme interne étant d’ordre financier, l’Onat a d’abord décidé de jouer sur les tarifs. « En plus des hôtels, nous sommes entrés en contact avec des infrastructures légères, type camping et  auberges,  moins chères », explique Hamou Belahcene. Pour inciter les nationaux à voyager à l’intérieur du pays, l’Onat a aussi baissé les tarifs de ses séjours. « Au mois de mars, nous avons par exemple organisé un circuit d’une semaine à Taghit, Beni Abbès et Timimoun pour 30000 dinars, transport et hébergement en pension complète compris », détaille le délégué régional Ouest, Hamou Belahcene.

Pour attirer les Algérien(ne)s dans le Sud et l’extrême sud du pays riche en sites à visiter, Air Algérie a même consenti à des réductions sur ses billets dans la région. Mais il faut croire que la mesure n’a pas été si incitative qu’espérée, car sur place, les touristes se font attendre. « On a entendu parler de la baisse de la part d’Air Algérie mais pour l’instant nous n’avons pas encore vu les résultats », témoigne Ali Bensebgag, membre de l’office local du tourisme de Tamanrasset.  Il estime que le coût de voyage dans le sud-est reste excessivement cher pour un Algérien. « Actuellement le prix du billet est de 30000 dinars. Avec une telle somme, il préféra  aller à Marseille, Tunis ou Marrakech ».

 

Lisez la suite de l’article sur Maghreb Émergent : http://www.maghrebemergent.info/politiques-publiques/64-algerie/12260-algerie-au-sitev-la-relance-du-tourisme-interne-est-devenue-un-objectif-central.html

Tags:  , , , , , , ,

Par

Commentaires (0)





Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.

Espace PUB