Catégories:  La UNE, Régional

Amizour : Yennayer célébré par l’association ARTIS

dimanche 15 janvier 2012 à 06:50   ·   0 Commentaires - Patager sur : Votre Facebook - Votre Twitter - Email cet article

Pour les membres de l’association culturelle ARTIS (art en latin), la célébration de Yennayer, s’inscrit dans la volonté « de maintenir, entretenir et raviver toutes les composantes de l’identité et de la culture »  du peuple berbère, afin qu’elles « ne rejoignent pas le cimetière de l’Histoire ».

C’est hier samedi que ladite association, œuvrant pour la sauvegarde et  la promotion de la culture berbère, a célébré le nouvel an Amazigh 2962. Un programme riche et varié a été concocté par les organisateurs afin de fêter comme il se doit  cet évènement cher aux Free Mens, Imazighen.

Dans le hall de la maison de jeunes d’Amizour où se déroule cette célébration, les visiteurs découvrent une exposition de poterie, peinture, habits et objets traditionnels, plantes médicinales, ainsi qu’une somme de livres et documents sur l’histoire des berbères.

Dans l’après-midi, un film documentaire intitulé « Histoire des Berbères », réalisé par un certain Farid Bouchama, a été projeté dans la salle de spectacle de ladite structure culturelle.

Ce film retrace l’histoire millénaire des Imazighen en passant par l’intronisation de Chichonq comme Pharaon en 950 A. J-C, l’histoire des rois Massinissa, Yughurthen et Yuba à l’époque romaine,  jusqu’à l’histoire de Dihia, la reine berbère qui a résisté à l’invasion des armées arabes.

Cette projection a été suivi par un espace débat animé conjointement par M. Settar Outmani, historien et enseignant à l’université de Béjaïa, et M. Bouïche Mehrez, enseignant de philosophie à l’université d’Alger, et lui-même originaire d’Amizour.

Intervenant en premier, M. Outmani a survolé l’histoire des berbères en mettant l’accent sur les grands évènements politiques qui ont une portée incommensurable pour les Imazighen, tel que la fondation de la XXIIème  dynastie pharaonique, en l’an 950 av. J.-C, par le berbère Shechnaq qui a soumis tout le Delta du Nil ainsi que la grande prêtrise égyptienne sous son autorité, et fonda sa capitale à Bubastis.

Pour sa part, le philosophe Bouïche a donné une conférence sur « la problématique berbère et la mondialisation ». Cet orateur, tout en mettant en garde, au passage, contre les célébrations folkloriques, affirme que le peuple berbère est tenu « de s’ouvrir aux  autres civilisations afin d’épuiser des matériaux pouvant l’aider à  se développer ».

Dans la soirée qui a suivi cette rencontre-débat, et  comme le veut bien la tradition, les invités ont été conviés à un dîner « Imensi umensu n yennayer » à l’école primaire eucalyptus d’Amizour. Les convives ont partagé un bon couscous (s’ubissar) dans un esprit jovial et conviviale.

Plus tard dans la soirée, la troupe « Thilleli » d’Amizour a présenté une pièce théâtrale intitulée « Avrid Imeghrassen ».

S. K.

Tags:  , , , , , ,

Par

Commentaires (0)





Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.

Espace PUB